AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 love is really nothing but a dream that keeps waking me. w/ roxian.

Aller en bas 
AuteurMessage
Roxanne Pathels
YOU DON'T HAVE TO PUT ON THE RED LIGHT
avatar

ARRIVEE A WM : 04/08/2013
MESSAGES : 130
CREDITS : @avatar, burning bridges. (love.) @signture, robbstark/tumblr.
AVATAR : natalie dormer.
PSEUDONYME : goddess, selene.
$$$ MONEY : artiste peintre encore méconnu, elle expose rarement et vend surtout garce à internet. ses œuvres sont majoritairement impressionnistes même si elle s'inspire souvent du romantisme allemand.
♬ SONG : always love, nada surf.

LIFE GOES ON.
Multinick:
Age: vingt-six ans.
Entourage:

MessageSujet: love is really nothing but a dream that keeps waking me. w/ roxian.   Ven 9 Aoû - 3:28



WHAT AM I SUPPOSE DO WHEN THE BEST PART
OF ME WAS ALWAYS YOU ? I'M FALLING TO PIECES.

queensofthorns @tumblr / breakeven, the script..

☆ ☆ ☆

Les souvenirs sont imprimés dans notre esprit, certaine fois il est impossible de les faire émerger, d'autre, par contre, il se présente d'eux-mêmes à nous lorsqu'on s'y attend le moins. Ce sont des formes inconstantes qui nous ait impossible de revoir, de ressentir, comme au premier instant, lorsque nous avons vécu ces déterminées situations. C'est frustrant, cela nous fait sentir imperceptiblement impuissant et nous cherchons alors, par tous les moyens de les faire nôtres, de maladroitement les contrôler et les rendre accessible à notre bon vouloir. Plus spécialement encore lorsqu'on doit faire face à des réminiscences difficiles que nous aurions préférées oublier. Pourtant toute tentative de notre par se révèle vaines. Tandis que Roxanne frôlait négligent les pavés de la rue bordée de coquette maison de pierre blanche, ce fut exactement cela qu'elle ressentait. L'impuissance. Elle n'arrivait pas à arrêter le flot constant de ses souvenirs de parvenir jusqu'à elle, de sortir, mutins, du plus profond de son être et titiller les cordes sensibles de ses sentiments. C'était une doucereuse mélancolie qui faisait pleurer son âme. Par la force des choses, certain d'entre eux, revinrent même l'envahir comme si elle les avait vécus la veille. Elle n'avait pas eu que des moments heureux dans cette demeure, bien au contraire. Se dit-elle alors qu'elle fixait son ancien domicile. Roxanne atteignit promptement et sans qu'elle puisse avoir de faux espoirs l'avenue adjacente. Elle était maintenant bien trop tard pour qu'elle puisse retourner sur ses pas, et si cela lui avait été encore possible, elle ne l'aurait certainement pas fait. D'un certain point de vue, la tristesse de ces événements, fut l'une des meilleures choses qui lui était arrivées. Et même si revenir voulait dire cohabiter une nouvelle fois avec cette affliction, elle le ferait. Parce que, c'était ça; mûrir, même si à l'époque elle ne s'en était pas encore rendu compte. Si son hardiesse n'allait pas jusqu'à pousser cette porte de bois massif pour se heurter aux fantômes, chose qu'elle comptait faire mais, souhaitait prendre un peu de recul et attendre le bon moment pour mettre son plan à exécution, elle traînait ceci-dit de manière oppressante autour de ce point névralgique. Le centre de tous les maux qui l'habitaient. Les bras chargés de courses, différentes denrées alimentaires qu'elle était allée chercher quelques heures plus tôt au marché hebdomadaire de la petite bourgade, elle avait décidé de rendre une visite surprise à Manesh et passer un moment privilégié avec sa fille. C'était le loup qui croyait prendre qui à présent se retrouvait écroué dans une situation dont le dénouement ne lui apparaissait pas heureux. Du tout. Si son but premier avait été d'utiliser le jeune homme pour parvenir à ses fins et obtenir les informations qui lui étaient nécessaires pour réintégrer la vie de sa petite fille, Erin, aujourd'hui tout se bousculait. Elle était terrassée par une tempête qui ne laisserait personne indemne et elle en serait la seule fautive, elle le savait. Parfois l'on fait des choses encensés par amour, sans se soucier des répercutions de ces actions sur le monde, sans prêter attention aux conséquences. Parfois tout s'écroule. Cette journée s'annonçait néanmoins radieuse ! La nature commençait à s'éveiller, le chant des oiseaux embaumaient l'air en une mélodie harmonieuse, les centaines de fleurs qui ornaient le parc de la villa fleurissait la rendant un peu plus féerique et le vent, taquin, faisait frémir les arbres et caressait l'herbe. Tandis qu'elle s'approchait de bienheureux foyer Sean impassible, apparut dans l'embrasure de la porte, les cheveux en batailles. « Bordel de me- » Souvent la rapidité à laquelle une image passe à travers la rétine ne correspond pas à la vitesse qu'il faut à l'esprit pour l'analyser. C'est comme si, notre, cerveau languissait à la possibilité de rester tranquille, paisible, de ne pas subir inutilement des secousses émotionnels dévastatrices. La conscience de Roxanne la protégeait peut-être de ce qu'elle n'aurait pas dû savoir, voir ou sentir. Sûrement était-il mieux de rester là, immobile, avec le même sourire en coin, le même regard imperturbable fixée sur le vide. Pourtant, elle ne pût éviter, en soulevant ses prunelles du chemin poussiéreux, cette sensation de brûlures d'estomac, cette soudaine amertume qui envahit sa bouche, tandis que sous ses yeux se projetaient l'image de son ancien amant qui traversait sa cour, son odeur de miels flottant autour de lui. Ce ne fût qu'une seconde. La mémoire pouvait être tellement cruelle parfois. Enterrer, dissimuler, camoufler des sentiments qui, au moindre filé de vent, s'abattent telle des tempêtes contre vous. C'était mesquin. Une seconde d'inattention et elle s'écroulait contre le sol déversant ainsi hors de leurs remparts les différents produits alimentaire qu'elle avait si soigneusement choisi. « Qu'elle poisse, ce n'est pas possible d'être aussi malchanceuse. Merde, merde, merde. » S'injuriait-elle tout en frappant le terrain de ses mains crayeuses. Les jurons étaient sortis sans qu'elle ne puisse les empêcher de passer la barrière de ses lèvres tandis qu'elle réunissait maladroitement les objets maintenant éparpille autour de son corps. Il ne devait pas être présent, elle avait avec une attention particulière, mise en place son emploi du temps pour être certaine qu'elle ne le croiserait pas par mégarde. Comme prise au piège, elle priait silencieusement pour qu'il ne fasse pas attention à elle et continue donc chemin. Ne me regarde pas, ne me regarde pas, continuait-elle de murmurer dans sa barbe. Des sueurs froides s'écoulait le long de son échine et ses cheveux, une cascade de blé, camouflait son visage à peine adulte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
love is really nothing but a dream that keeps waking me. w/ roxian.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» http://www.love-makeup.co.uk/ vous connaissez?
» I Love N......Y !
» Craquage nouvelle collection Love Lace et Warm and Cozy
» Collection MAC débutée Fin Mars 2011 (MAJ 17/09/11) !!! des folies
» Love Lace Collection

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: WOODLEY MILLS. :: Carlston Streets-
Sauter vers: