AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (arthur) ❝ hope that you spend your days but they all add up.

Aller en bas 
AuteurMessage
Shauna Green

avatar

ARRIVEE A WM : 31/07/2013
MESSAGES : 1901
CREDITS : @glamor (avatar), @uc (signature).
AVATAR : jenna-louise coleman.
PSEUDONYME : MARY-W. +marie.
♡ STATUS : célibataire, perdue.
$$$ MONEY : auteur/romancière, figure montante du roman féminin, wallflower.
♬ SONG : damien rice + 9 crimes.

LIFE GOES ON.
Multinick:
Age: twentyfive.
Entourage:

MessageSujet: (arthur) ❝ hope that you spend your days but they all add up.   Mer 7 Aoû - 12:47


and it hurts so bad.
« hope when you take that jump you don't fear the fall. »
credits © armiehammerdaily/tumblr.

☆ ☆ ☆
Les choses ne pouvaient pas continuer de cette manière. Non. Non, après tout, elle n’était pas la seule responsable de cette mise à sac complète de tout son esprit – elle ne pouvait décemment pas rester là à tout ressasser, à réfléchir sans arrêt à ce que tout cela pouvait signifier. Chacune des paroles s’étant extirpées des lèvres d’Arthur, chacun des sourires qu’elle avait eus, leurs regards, s’échangeant, de mêlant l’un à l’autre. Les caresses de sa peau, l’imbécile sensation d’euphorie qu’elle avait ressenti ; un frisson d’horreur la ramena à la raison, alors qu’elle venait tout juste de peaufiner les traits de son rouge à lèvres à la commissure de celles-ci. Ça ne durerait pas plus longtemps, et si ce n’était pas lui qui annoncerait les choses à Darcy, elle s’en chargerait. Oui, oui, elle s’en chargerait, et dès qu’elle pensait avoir assez de bravoure pour pouvoir le faire, ses entrailles se liquéfiaient soudainement, et le visage si gracieux de la brune s’affaissait de manière notable. Elle n’avait même pas osé parler de ses fautes à Mick, de peur qu’il ne la juge ; Darcy travaillait après tout pour lui, sans doute jugerait-il la jeune Green d’être une pauvre petite idiote qui avait craché sur la gentille petite Darcy, la boulangère qui la saluait tous les jours. Celle qui était si aimable avec elle, acceptait trop souvent qu’elle squatte de longues dizaines de minutes durant, tout un petit coin de la boulangerie. Darcy, tout simplement. Le temps faisant – très vite, même – elles étaient devenues amies. Shauna la considérait en tant que tel, en tout cas. A nouveau, l’écrivaine s’observa dans le miroir juste devant elle, prise de l’envie brutale d’attraper le premier truc lui tombant sous la main, pour fracasser son reflet d’un geste ferme. Ces excès de colère étaient assez rares venant d’elle, mais chaque fois qu’elle pensait à lui, chaque fois qu’elle pensait à cette nuit, qu’elle pensait à Darcy, voyait Darcy tout simplement, c’était tout un mélange de sentiments contradictoires qui se bousculaient dans sa tête. Insidieusement, avant cette nuit, après cette nuit, un lien invisible s’était tissé entre Arthur et elle – d’une certaine manière, elle l’avait assez apprécié pour coucher avec lui, de toute manière. Elle pensait à ça, mais à tout ce qui la rendait si intuitivement proche de Darcy. Son sourire radieux, la préoccupation qu’elle tentait de masquer à chaque fois qu’elle regardait la bague à son doigt. Son alliance. Arthur, lui, ne l’avait pas eu le soir où ils s’étaient croisés, il n’avait même pas parlé d’une quelconque femme dans sa vie, ou d’un engagement aussi important qu’un mariage. Sale petit cafard opportuniste – ne pouvait-elle s’empêcher de penser également, se persuadant parfois qu’elle était elle aussi victime de la situation.

Devant le miroir – qui sortait finalement indemne des débats intérieurs de Shauna – la jeune femme fronça les sourcils, cherchant à savoir si cela lui donnait l’allure de quelqu’un très en colère, ou si, au contraire, elle n’avait aucune crédibilité. Car oui, elle était en colère, comme rarement elle l’avait été : premièrement, parce qu’elle culpabilisait, deuxièmement, parce qu’elle avait l’impression de se retrouver à la place de ces salopes de blondes décolorées ! Celles qui avaient toujours détruit sa vie/ses couples depuis aussi loin qu’elle s’en souvenait, et celles dont elle dépeignait un visage on ne peut plus caricatural. Jamais, jamais elle n’aurait voulu ressembler à de telles personnes, pourtant, il fallait se rendre à l’évidence, elle était tout aussi peste qu’elles – ou influençable. D’un pas déterminé, elle quitta l’appartement de Mick, claquant la porte derrière elle et ne laissant pas l’occasion à son cerveau de réfléchir plus posément à tout ce qu’elle faisait : ce qu’elle devait faire maintenant, c’était marcher avec conviction, et ne pas reculer. Ne pas reculer, elle traversa plusieurs rues, passa devant la boulangerie de Mick en prenant grand soin de l’ignorer, et poursuivit sa route. Là, toujours sans laisser le poison de l’hésitation glisser dans ses veines pour la rappeler à l’ordre, elle pénétra dans le petit poste de police de Woodley Mills. Une secrétaire/standardiste leva les yeux vers elle, prête à l’accueillir, mais sans même réfléchir à la stupidité de son geste, Shauna passa à côté d’elle en traçant son chemin, ses pas la guidant instinctivement vers les portes un peu plus loin. Un nom, deux noms, trois noms, elle entendait des « Mademoiselle » sur ses talons, lui indiquant que la réceptionniste la suivait ; elle n’y fit pas attention et ouvrit brusquement la porte qui indiquait Arthur Grey en lettres autocollantes de couleur noire.  « Génial, tu es là. »  Sans autre forme de procès que des mots polis prononcés sur une voix à la fois tendue, glaciale et obséquieuse, elle ferma la porte, presque sur le nez de la réceptionniste. « Tu vois, j’avais une question qui me brûlait les lèvres. » Sans se faire inviter plus que de mesure, la brune fit quelques pas dans le bureau, l’observant dans quelques recoins avant de s’approcher du bureau, esquissant un mouvement pour s’asseoir – avant d’oublier cette idée. Elle était bien trop agitée de ressentiments pour s’asseoir. « Où est ton alliance, par exemple ? » Elle se demandait bien si Arthur avait prévu qu’elle le découvre à un moment ou un autre, s’il était même surpris qu’elle lui demande des comptes : oui, si on devait se baser uniquement sur les apparences, elle aurait dû se douter qu’il ait une femme, fiancée, ou même petite-amie : il était on ne peut plus charmant, certes, mais il y avait généralement d’autres critères qui entraient en ligne de compte, elle avait donc assez d’arguments pour plaider son innocence dans cette histoire. Shauna finit par souffler bruyamment, adressant un regard presque sévère à l’homme, avant de s’asseoir face à lui – et bonne chance pour la déloger avant qu’elle n’ait toutes ses réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
(arthur) ❝ hope that you spend your days but they all add up.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Dixie Days". Le Havre (76).
» Betameche, Arthur, E.T, Stitch et Jack (Mes ratous)
» Navy Days 2008: enfin LA vérité
» General Mac Arthur
» PROJET DE FILM - Days of Gray - Besoin de votre aide pour réaliser un conte islandais!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: WOODLEY MILLS. :: Downtown :: Police Station-
Sauter vers: