AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Say goodnight, not goodbye. # Leigh & Elwyn

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Say goodnight, not goodbye. # Leigh & Elwyn   Jeu 1 Aoû - 10:44

... ... ...
Leigh & Elwyn




∞ Say goodnight, not goodbye.


Venir dans ce bistrot tout simplement pour profiter de la faiblesse de la jeunesse. Elwyn savait qu'il y gagnerait beaucoup. Il avait conservé ses petits deals, rien de bien méchant, juste de quoi arrondir les fins de mois en espérant qu'il ne se ferait pas avoir pour la police pour la revente de drogues. Il avait donc eu vent de cette petite soirée organisée au French Arrow par une bande de jeunes et s'était empressé de ramener sa carcasse et son business là bas. Il restait à l'extérieur la plupart du temps, derrière le bar et attendait que les intéressés viennent à lui. Bon chiffre d'affaires, c'était évident. Le monde était au rendez-vous et il sentait l’effervescence à l'intérieur du bar alors qu'il fumait une petite cigarette pour passer le temps. Il aimait sa vie, dans ces moments là, de solitude intense. Elwyn adorait sentir le vent soulever ses cheveux et froisser son tee shirt. Cette sensation d'éternel qui planait dans l'air lui procurait une satisfaction intense alors que la musique et les éclats de voix se répercutaient à nouveau à l'intérieur du bâtiment. Des rires, des gens en train de danser alors qu'il s'approchait de la sortie pour observer. Il adorait cela, rester silencieux et regarder juste regarder. Et il y en avait des choses à voir. Des centaines. Des couples qui se formaient, se déformaient, des moments plutôt osés pour certains qui arracha un sourire discret au caissier. Il jeta son mégot avant de l'écraser d'un geste du pied. Puis pénétra à l'intérieur.

Des gens au comptoir. D'autres attablés autour d'un jeu de boisson quelconque. Ce soir, l'organisateur avait vu les choses en grand. A vrai dire, le bar avait été réservé pour l'occasion et il y avait pas ou peu d'interdictions. Elwyn observa encore un peu le monde alentour, bien content de ne pas faire partie de cette catégorie de personnes qui adorait se ridiculiser devant le monde entier, complètement détruits par l'alcool et les substances en tous genres. Il était de l'autre côté de la barrière, l'instigateur de ces moments de joie en quelque sorte. Puis, Elwyn s'arrêta. Net. Il savait qu'il ne devait pas être ici. Certainement pas alors que le regard de Leigh se posait sur lui alors qu'un homme lui chuchotait quelque chose à l'oreille, ce qui la fit sourire. La mâchoire d'Elwyn se serra, inconsciemment. Il n'avait probablement aucun droit de réagir à la vue de ce spectacle. Après tout, il s'en foutait. Il se foutait de tout et de tout le monde. Il ne s'attachait pas, point barre. C'était simple de le faire croire, encore plus simple de croire aimer éperdument. Mais en vérité, Elwyn n'avait aucune espèce d'idée de ce qu'était la relation qu'il entretenait ou avait entretenu avec Leigh en cet instant. Il s'avança, fin prêt à ressortir dans sa cachette derrière le bar, là où seul le silence ne pouvait l'atteindre. Bien entendu, pour retourner là bas, il devait passer aux côtés de la jeune femme, il n'hésita pas. Il le fit. Sans lui lancer un regard. Avec ce regard vide habituel. Celui de l'homme qui n'en avait cure du reste du monde, en apparence. Pourtant, lorsqu'il arriva à sa hauteur, il jeta un regard en coin sur les mains de l'homme qui étaient posés à des endroits relativement peu conventionnels, il ne dit rien, posant son regard droit devant lui, mais se penchant vers l'oreille de Leigh.

"Si c'est comme ça que tu t'y prends... Tu t'y prends mal. Ou tout du moins, t'aurais pu faire mieux."

Et c'était tout. Rien d'autre. Pas de colère. Pas d'énervement. Le calme absolu, comme toujours. Elwyn avait cette carapace en permanence sur ses épaules et il était fort difficile de le percer à jour, ou tout du moins de sentir une quelconque émotion de sa part. Il retourna au dehors, s'adossant au mur de cette ruelle, qu'il trouvait charmante quelques secondes plus tôt. Beaucoup moins maintenant, bizarrement.


© .JENAA
Revenir en haut Aller en bas
Leigh Adamson

avatar

ARRIVEE A WM : 01/08/2013
MESSAGES : 55
CREDITS : Matsou
AVATAR : Gabriella Wilde
PSEUDONYME : Klo
$$$ MONEY : Etudiante en lettres modernes & serveuse au benji's coffee
♬ SONG : Marina & the Diamonds - Lies

LIFE GOES ON.
Multinick:
Age: 21 yo
Entourage:

MessageSujet: Re: Say goodnight, not goodbye. # Leigh & Elwyn   Jeu 1 Aoû - 11:11


Citation :
❝ Weltschmerz ;
C'est le sentiment d'abattement qu'on ressent quand le monde extérieur ne correspond pas au monde tel qu'on voudrait qu'il soit. Moi, je vis dans un océan permanent de weltschmerz, tu vois ? Et toi aussi. Et tout les gens qui nous entourent. Parce que tout le monde pense qu'on devrait pouvoir se laisser tomber, encore et encore, sans jamais s'arrêter, sentir l'ivresse de la chute et le souffle de l'air sur son visage, ce vent si fort qui vous sculpte un sourire dément sur les lèvres. Et ça devrait être possible. On devrait pouvoir s'élancer dans le vide toute sa vie sans jamais, jamais s'arrêter.



Ils murmurent, ils minaudent. Les gens vivent. Et Leigh, Leigh elle, elle attend. Elle laisse les heures s'écouler pour voir la nuit arriver. Les journées la confrontent à ses contradictions. Elle se laisse couler, mais une fois que la nuit est arrivée, elle peut se camoufler dans la noirceur. Elle peut devenir qui elle veut, parce que personne ne remarquera son sourire cassé. Personne ne se rendra compte que sa vie ne tourne plus rond. Elle peut consommer à outrance. Elle peut s’esquinter. Personne ne le remarque. Elle devient transparente. Parfois, dans cette ambiance, elle arrive à l’oublier. C’est facile, quand elle danse de l’oublier, de s’oublier tout court. Puis il suffit d’un geste, d’un mouvement pour que le trou béant qu’il a laissé dans sa poitrine en la quittant se manifeste. Et d’autres fois, comme ce soir, la douleur n’est pas là, mais elle la cherche. Elle finit par la trouver et elle s’amuse à la réveiller, pour se prouver qu’elle existe toujours, que leur histoire n’est pas le fruit de son imagination, que leur histoire a compté.


Vêtue d’une robe bustier beaucoup trop vulgaire pour son corps frêle, elle pénètre dans le bistrot où elle a ses habitudes. Elle n’a mis qu’un pied dans la salle que déjà son prénom enfle telle une rumeur. Elle accorde des sourires factices avant de s’installer au bar à côté d’un parfait inconnu, qui n’hésite pas à poser son regard sur ses jambes dénudés. Mais Leigh, elle s'en moque. C'est bien trop tard. Elle l'a vu. Elle le sait présent dans la salle et c'est lui qu'elle veut à ses côtés. Elle se force à ne pas le regarder. Elle ne veut pas le voir. Elle porte son attention au parfait inconnu. C’est malsain, mais elle se sent bien ici. Savoir qu’il est là lui suffit. Elle n’a pas besoin de plus. Attrapant la main de l'inconnu, elle avance vers la piste de danse. Elle ferme les yeux et laisse sa musique dicter sa vie, comme toujours. Parce que parfois quand elle ferme les yeux très fort et qu’elle laisse la musique l’envahir, elle a l’impression d’être encore cette personne importante, la seule qui ait une quelconque importance. Et pourtant, quand elle les ouvre à nouveau et qu'elle croise son regard, elle voit son indifférence sur ses traits. Elle n’a jamais compté. Elle n’était qu’une fille banale. Alors elle détourne le regard et laisse un inconnu dessiner ses courbes. Elle aussi, elle peut être indifférente. Elle a jamais été très douée à ce jeu, mais c'était avant. Avant qu'il ne la quitte et ne fasse de sa vie un truc informe et vide de sens.

Du moins, c'est ce qu'elle pensait. Mais Leigh, elle est naïve parce que quand son murmure frôle son oreille, c'est tout son corps à Leigh qui tremble. Il n'a pas conscience de l'effet qu'il a sur elle. Leigh, elle s'est esquinté avec lui. Elle a voulu prendre un risque mais s'est écrasé contre les rochers. Elwyn, c'était censé être le type gentil, bien sous tout rapport qui l'aurait aimé. Son indifférence avait été la pire des punitions. Elle doit se mordiller la lèvre jusqu'au sang pour ne pas hurler et quand l'inconnu se rapproche d'elle pour lui murmurer quelque chose, elle a la nausée. C'est ça le problème. Elle a aimé trop fort et maintenant tout a un gout fade. "Dégages" qu'elle murmure au parfait inconnu. Il y a quelques minutes, elle se sentait vivante. Mais maintenant, elle étouffe parmi ces gens et tout ça à cause d'un murmure d'Elwyn. Elle ne pense pas l'avoir détesté autant que ce soir. Elle voulait seulement oublier. Elle voulait l'oublier et reprendre le cours de sa vie, où les oiseaux chantaient le matin et où l'amour était suffisant. Lassée, elle sort de la salle presque en courant. Sa cigarette, elle l'allume en tremblant et elle mordille sa lèvre pour éviter le surplus d'émotions qui tentent de s'échapper. Elle sait qu'il est là. Sa présence, c'est comme une évidence. Elle fume sa cigarette jusqu'au bout sans rien dire. Mais quand elle parle enfin, sa voix claque comme un couperet dans la nuit.

"Dis moi comment m'y prendre. Parce que j'essaye très fort, tu vois, mais t'es toujours là. J'ai essayé de faire mieux. C'était toi mon mieux, mais ça n'a pas trop bien marché hein ?" Un rire s'échappe de ses lèvres, mais il n'a rien d'heureux. Il sonne froid. Horriblement froid. A l'image de leur histoire, qui n'est plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Say goodnight, not goodbye. # Leigh & Elwyn   Ven 2 Aoû - 4:54

... ... ...
Leigh & Elwyn




∞ Say goodnight, not goodbye.


Le silence était sa meilleure arme. Son meilleur ami, en somme. Elwyn ne se sentait jamais aussi bien que quand aucun bruit de fond ne venait perturber le flot de ses pensées. Il intériorisait tout, sans arrêt et sans limite. C'était un danger de réagir comme il le faisait, la rupture était toujours proche, toujours à le tenter. Mais il restait calme, en toutes circonstances et il tentait de ne rien voir, de ne rien ressentir. Parce qu'Elwyn ne connaissait que cela, la solitude. L'affection, la tendresse, l'amour, toutes ces notions, il n'avait jamais pu les connaitre véritablement avec ses véritables géniteurs. Il était devenu un jeune homme amer à cause d'eux, de leur abandon et de cette peur constante de rester seul à jamais, sans espoir de revenir en arrière, sans jamais avoir de réponses quant aux raisons qui avaient poussé ses parents à le laisser là, seul, de foyer en foyer. De famille d'accueil en famille d'accueil. On l'avait ainsi habitué à l'indépendance, on l'avait amené à adopter ce comportement solitaire, qui paraissait sans état d'âme et à en juger par l'état actuel de son inconscient, il n'était pas prêt de changer. Elwyn n'était pas prêt à faire confiance à son entourage, ou du moins ceux qui essayaient de voir au delà de sa carapace d'acier.

Ce soir-là, il était dur comme du fer. Dur à l'approche. Dur dans ses paroles mais calme, toujours calme, impassible. Il ne jouait pas à être quelqu'un d'autre, quelqu'un qui irait danser parmi cette bande de jeunes, un garçon qui danserait avec toutes les filles du bistrot. Non, il préférait être seul parmi la foule, cela en avait toujours été ainsi et c'était pour toutes ces raisons que le monde entier le trouvait bizarre, un brin malsain et il ne le déniait jamais, ne faisant jamais attention à ce qu'on pouvait dire sur son compte. Tout ce qui comptait, c'était ses pensées, ce flot et le silence, son seul allié. Et celui-ci remportait tous les combats puisqu'il s'était adossé au mur derrière le bar et ne bougea plus. Même pas un cil. Il ne tourna pas le regard vers la porte même s'il avait senti qu'il avait été suivi au dehors, par Leigh. Il commençait à la connaître après tous les moments qu'ils avaient partagé. A vrai dire, c'était plus la jeune blonde qui avait partagé, lui avait reçu et n'était que rarement démonstratif, voire jamais. Destructeur, Elwyn l'était avec elle et étrangement, il ne pouvait pas s'en empêcher. Comme si cette femme était l'unique personne qui tenait à lui et il ne pouvait pas la laisser partir et ce, même s'il savait que ses actions étaient très mauvaises. Il la rendait malheureuse, toujours un peu plus mais il s'acharnait à se montrer présente lorsqu'elle était dans les soirées ou lorsqu'elle se promenait. Il ne le faisait pas exprès, c'était tout bonnement son instinct qui faisait le travail, comme depuis qu'il était petit et seul. Un peu de silence encore puis la voix de Leigh qui le perça, inéluctablement. Elle était accrochée, elle lâchait tout et son plan drague du soir, comme toujours. Et elle prouvait à Elwyn encore une fois qu'elle reviendrait à chaque fois qu'il prononcerait plus de deux mots à la suite. Même pas besoin d'un sourire ou d'une étreinte, simplement cette provocation constante. Elwyn se tourna vers elle, son regard glacé perçant l'obscurité entre eux. Il sortit une cigarette, lentement, comme si son intention était de la faire mariner après cet aveu des plus douloureux. Mais non, c'était simplement sa façon d'agir, son lui perpétuel. Il aspira une première bouffée de la fumée toxique avant de porter son regard devant lui, comme s'il ignorait la jolie blonde. Il réfléchissait simplement. Ou tout du moins tentait de ne rien montrer.

"T'as pas assez bien cherché. T'as jamais cherché. Juste choisi la facilité."

Quelques mots rien de plus. Alors qu'il captait le rire glacial de Leigh. Il aurait tellement voulu être capable de ressentir, d'être une véritable personne et non pas un fantôme agaçant de son passé. Mais Elwyn n'arrivait pas à changer, pas à avancer. Il se complaisait dans ce qu'il avait, dans ce qu'il était. A peine trois bouffées de sa cigarette et il la jetait déjà au loin, sans aucun égard envers cet intrus toxique. Il se détacha de son pan de mur et aussi lentement qu'un escargot, vint se planter devant Leigh, son demi sourire teinté d'arrogance de sortie.

"Faire marcher quelque chose, ce n'est pas être heureux. Il suffit de quelques moments, rien de plus, pas de préméditation."

Et rien de plus. Pas un mouvement à nouveau. Le vide. Ce qu'était Elwyn.


© .JENAA
Revenir en haut Aller en bas
Leigh Adamson

avatar

ARRIVEE A WM : 01/08/2013
MESSAGES : 55
CREDITS : Matsou
AVATAR : Gabriella Wilde
PSEUDONYME : Klo
$$$ MONEY : Etudiante en lettres modernes & serveuse au benji's coffee
♬ SONG : Marina & the Diamonds - Lies

LIFE GOES ON.
Multinick:
Age: 21 yo
Entourage:

MessageSujet: Re: Say goodnight, not goodbye. # Leigh & Elwyn   Sam 3 Aoû - 8:51

Un rire s'échappe de ses lèvres. Elle essaye de le retenir. Elle essaye très très fort, mais ça lui prend dans l'estomac et ça s'échappe de ses lèvres dans un son cruellement froid. Il n'y a rien de drôle à leur situation. Leigh, elle n'a aucune envie de rire quand elle est face à lui. Elle aurait plutôt envie de crier. Elle aimerait lui arracher le cœur de la poitrine, le jeter à ses pieds et le piétiner. Comme il a fait avec le sien. Pourtant, il y a simplement ce son froid qui s'échappe de ses lèvres. Elle sait, Leigh, qu'elle n'arriverait jamais à le faire souffrir comme il l'avait fait. Elle n'avait pas son don. L'indifférence, elle ne connaît pas. Leigh, elle est pas comme ça. Elle fait tout avec passion. Elle aime trop fort. Elle se brûle les ailes au jeu de l'amour, s'écorche contre les rochers de la vie, mais être indifférente, elle n'a jamais su. Elle ne sait pas abandonner. Elle aimerait bien. Elle aimerait faire partie de ces gens qui clame haut et fort qu'elle n'a pas besoin de gens qui n'ont pas besoin d'elle. Elle aimerait transpirer la confiance en soi. Elle aimerait pouvoir se respecter assez pour ne pas aimer plus qu'on ne l'aime. Quand elle y pense, elle trouve ça chouette. Elle aurait bien aimé qu'Elwyn l'aime plus qu'elle ne l'aime. Si elle est honnête avec elle même, elle se contenterait d'un qu'il m'aime tout court. Au fond, elle doute qu'il ait nourrit un jour de tel sentiments pour elle et c'est bien là le plus douloureux. Leigh, elle aurait pu accepter qu'il cesse de l'aimer. Elle aurait pu comprendre si un jour, elle avait cessé de lui plaire. Elwyn l'avait changé.

« Parce que tu crois que t'étais ma facilité ? » qu'elle lui crache au visage. Leigh, elle pensait le détester, mais ce n'était rien comparé à la colère sourde qui tonnait en elle à ce moment précis. « Etre en couple avec toi, c'était éreintant. C'était douloureux. C'était faire 2 pas en avant pour en reculer de dix. Si j'avais voulu choisir la facilité, j'aurais choisi quelqu'un qui avait au moins la délicatesse d'apprécier ma présence. Et je suis géniale. C'est facile d'apprécier ma présence. » qu'elle essaye de se convaincre. Parce qu'elle n'en ai plus très convaincue. Avec Elwyn, toutes ses insécurités ont refait surface. De nouveau, elle a l'impression d'être cette fille un peu jolie mais sans intérêt, qu'on oublie dès qu'on a le dos tourné.

Troublée par la proximité qu'il lui impose, elle doit se forcer à affronter son regard. Elle ne veut pas apparaître comme la fille fragile, qui tombe sous l'impact de ses mots. Elle l'affronte son regard. Un sourire d'insolente se dessine même sur son visage à ses mots. Elle aimerait bien lui dire qu'elle avait jamais eu ces moments heureux avec lui, mais elle s'en sent incapable. Ce serait un bon mensonge pourtant. Je te déteste et heureuse avec toi, je l'ai jamais été alors oublie moi, laisse moi reprendre le cours de ma vie. Quand elle ouvre la bouche pour répondre, ce ne sont pas ses mots qui s'échappent.

« Mais pour que ces moments existent, il faut prendre des risques. Et ça, t'es incapable de le faire. »

Contrairement à elle, qui en prend tout le temps des risques. Leigh, elle offre son sourire au premier venu. Elle a offert son cœur fragile a l'homme le plus esquinté de la planète. Cette idiote, elle a pris le risque de lui faire confiance avec son palpitant. Il l'a laissé tombé. Et comme si ce n'était pas suffisant, il continuait de le piétiner chaque fois qu'il tentait de revivre. Et pourtant, elle aurait été prête, encore aujourd'hui, à en prendre milles des risques pour être heureuse avec lui. Elle avait abandonné la partie, non pas parce qu'elle avait envie d'abandonner, ou parce qu'elle avait cessé de l'aimer. Non elle avait abandonné parce que visiblement, lui n'en avait rien à faire des risques qu'ils auraient pu prendre à deux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Say goodnight, not goodbye. # Leigh & Elwyn   Dim 4 Aoû - 5:03

... ... ...
Leigh & Elwyn




∞ Say goodnight, not goodbye.


« Parce que tu crois que t'étais ma facilité ? Etre en couple avec toi, c'était éreintant. C'était douloureux. C'était faire 2 pas en avant pour en reculer de dix. Si j'avais voulu choisir la facilité, j'aurais choisi quelqu'un qui avait au moins la délicatesse d'apprécier ma présence. Et je suis géniale. C'est facile d'apprécier ma présence. » Pas une réaction, comme toujours. Que pouvait répondre Elwyn à une telle réplique teintée de vérité? Le jeune homme n'avait jamais été capable de montrer une once d'attachement à autrui. Il aimait, certainement même. Mais il se trouvait incapable d'exprimer la moitié de ses émotions lorsqu'il les sentait palpiter en lui. Elwyn n'avait plus rien d'humain, en somme et ce, parce que son coeur avait été arraché de son corps avant même qu'il n'ait eu le temps de battre. Alors qu'il n'était qu'un enfant et il ne s'en était jamais remis. Il avançait, à reculons, marchait d'un pas lent et déterminé à ne jamais se remettre. Puisque s'il guérissait, il deviendrait une personne. On s'attacherait à lui, on arrêterait de l'oublier et il ne saurait probablement pas gérer ce genre de situations. Il se complaisait largement à être l'enfant abandonné, le gamin haï par une société qui continuait de le piétiner parce qu'il était seul. Désespéré. Incapable d'être comme tout le monde. Pourtant, Elwyn agissait comme un paradoxe, il continuait à approcher les autres, continuait de leur parler, légèrement. Il tentait d'être eux, de vivre à travers eux, de prendre en eux ce qu'il était incapable d'avoir: de l'amour. Il n'était qu'indifférence et lorsqu'il croisait le regard passionné de Leigh, il voyait tellement de choses qu'il aimerait être: passionné, aimant, généreux, loyal, prêt à tout. Mais ce n'était plus le cas depuis si longtemps qu'il ne voyait pas comment combler les désirs de la jeune femme. Il n'avait jamais su le faire, il avait seulement été capable de lui faire du mal et il avait parfaitement conscience qu'il continuait d'être son bourreau. Empêche la jeune Leigh d'avancer, de trouver mieux. Et dieu qu'il y avait mieux sur Terre qu'Elwyn Lockhart.

"Pourquoi t'as pas tourné les talons alors si c'était trop éreintant? D'autres l'ont fait avant toi. Et ça leur a sacrément bien réussi, j'imagine."

Une pointe de douleur dans ses quelques mots. Mais camouflée. Comme d'habitude. Parce qu'en vérité, il s'accrochait à Leigh parce qu'elle était bien la seule qui n'avait jamais souhaité le quitter. La seule qui avait tout fait pour le garder près d'elle, alors qu'elle savait très bien qu'il fuirait. Parce qu'il était ainsi, Elwyn, il fuyait dès lors que les émotions devenaient trop proches, trop intenses. Il n'en voulait pas. Et n'en désirerait probablement jamais. Il aimait bien trop avoir l'ascendant sur les autres et surtout sur lui même. Lockhart adorait avoir le contrôle et être proche d'autrui, c'était le perdre instantanément. Pourtant, il vint se coller face à Leigh, comme s'il voulait jouer avec le feu, comme s'il voulait voir si cela lui ferait quelque chose. Ou peut être qu'il voulait simplement la tester. Après tout, leur relation se réduisait à cela: un test, de l'amertume, une pointe de mélancolie mal placée. Et il la provoquait, encore et encore, parce que seul l'arrogance d'Elwyn était capable de franchir sa carapace de froideur. Et il savait déjà que Leigh rentrerait dans son jeu. La jeune blonde ne manqua pas de lui répliquer que c'était lui l'handicapé des sentiments, lui qui était incapable d'agir comme un homme, lui qui avait tout foutu en l'air par son indifférence déconcertante. Un rictus amusé s'échappa des lèvres d'Elwyn alors qu'il s'approcha de Leigh, l'obligeant à s'adosser contre le mur alors qu'il posait ses deux mains sur le béton du bâtiment. Ses yeux azur lançaient des éclairs de détresse, c'était rare mais ceux-là étaient toujours quelque part en lui. Pour autant, cela dura le temps d'une demi seconde et la glace était revenue aussi compacte qu'auparavant alors qu'Elwyn plongeait son regard dans celui de la jeune femme.

"C'est possible. Mais tu ne fais pas mieux que moi, Leigh. T'observes, c'est tout. T'as toujours été spectatrice de ta propre vie."

Et son magnifique sourire occupa le silence qui suivit cette phrase. Elwyn évitait, bien entendu, de lui donner raison. Entièrement raison. Ou il se savait perdu et il ne supportait pas cela. Il avait le contrôle, proche de la jeune femme, peut être trop, mais il avait le contrôle et c'était tout ce qui comptait pour lui.


© .JENAA
Revenir en haut Aller en bas
Leigh Adamson

avatar

ARRIVEE A WM : 01/08/2013
MESSAGES : 55
CREDITS : Matsou
AVATAR : Gabriella Wilde
PSEUDONYME : Klo
$$$ MONEY : Etudiante en lettres modernes & serveuse au benji's coffee
♬ SONG : Marina & the Diamonds - Lies

LIFE GOES ON.
Multinick:
Age: 21 yo
Entourage:

MessageSujet: Re: Say goodnight, not goodbye. # Leigh & Elwyn   Mar 6 Aoû - 9:20

"Pourquoi t'as pas tourné les talons alors si c'était trop éreintant? D'autres l'ont fait avant toi. Et ça leur a sacrément bien réussi, j'imagine." Parce que je ne suis pas comme d'autres. Parce qu'abandonner ce n'est pas dans ma nature. Parce que j'avais confiance en tes capacités. Il y avait maintes explications qui justifiait sa présence à ses côtés pendant ces longs mois où l'univers ne tournait qu'autour de lui, mais il n'y en a une seule qui s'échappe de ses lèvres dans un murmure qu'elle n'a plus le courage d'emprisonner entre ses lèvres.

« Parce que j'étais amoureuse de toi. »

Son ton est d'une banalité affligeante. Il n'y a pas de jolis discours pour orner ce constat. Elle se contente de la vérité nue. Elle sait déjà qu'il va réfuter son argument, comme si ce n'était rien qu'une excuse pour se faire du mal. Elle le connaît sur le bout des doigts. Elle sait qu'Elwyn ne montre pas ses sentiments, qu'il a cette impression que s'il se dévoile complètement alors les gens prendront la fuite. Elle sait, parce qu'il l'a poussé à prendre la fuite. Mais lui, il ne s'est pas dévoilé. Il s'est contenté de se murer dans un masque d'indifférence totale. Leigh, elle vivait ses émotions à 100 %. Elle et Elwyn étaient deux contraires. Ils n'auraient jamais dû s'attirer et elle, cette pauvre idiote, n'aurait jamais dû en tomber amoureuse. Elle était bien dans ce monde de conte de fées. Avant lui, l'amour était la plus belle des promesses. Désormais, c'est la pire des malédictions. Elle avait eu le malheur d'être victime d'un amour non réciproque. Elle avait joué avec le feu et s'était brûlé les ailes, alors même qu'elle aurait pu être aimé de n'importe qui dans cette ville.

« Tu m'as forcé à tourné les talons et pourtant, regarde moi, ça me réussit pas trop bien » qu'elle rajoute, comme si elle parlait de la pluie et du beau temps. De toute façon, il sait. Sa relation avec Elwyn l'a détruit. Leur rupture l'a anéanti. Elle n'était pas heureuse avec lui, mais elle n'est pas heureuse sans lui. Et Leigh, elle sait pas quoi faire. Elle a l'impression d'être cette petite fille, qui se noie doucement dans l'immensité de la vie. Leigh, avant, elle n'avait jamais peur. Elle croquait la vie à pleine dent. Les choses sont différentes désormais. Elle est sur un fil de rasoir. Elle oscille entre rire et larme. Elle est quelque part entre le malheur et la folie. Et ça lui fait peur à Leigh, parce qu'elle a toujours été dans le camp des gens heureux. Le malheur, elle sait pas faire. Quand elle le voit se rapprocher, elle se recule instinctivement. Elle trouve du réconfort dans le mur contre lequel elle s'adosse. Il sera témoin de sa chute, quand les mots d'Elwyn seront trop douloureux. Elle sait qu'il finira par l'achever. Mais Leigh est une conne amoureuse et comme toute conne amoureuse, elle reste jusqu'à la sentence qu'il lui infligera. Indubitablement. Elle le fixe du regard, détaille chaque trait de son visage qu'elle connaît sur le bout des doigts pour l'avoir dessiné tant de fois. Elle doit se rappeler à respirer. Sa présence la trouble, fait réveiller en elle un tourbillon de sentiments. Et puis le couperet tombe. Elle en a le souffle coupé. Jusqu'à présent, Leigh avait toujours eu l'impression de vivre sa vie, mais sous prétexte qu'Elwyn dit le contraire, elle remet tout en question. Elle est fatiguée d'être sa poupée et doucement son esprit se rebelle. Elle ne se reconnait pas vraiment dans les gestes qui suivent.

"T'es un connard Lockhart" qu'elle murmure avant de se mettre sur la pointe des pieds pour combler la courte distance entre leurs deux lèvres. Ses mains s'accrochent à son tshirt alors qu'elle presse son corps contre le sien.

"Et là, j'étais spectatrice peut être ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Say goodnight, not goodbye. # Leigh & Elwyn   Jeu 8 Aoû - 0:36

... ... ...
Leigh & Elwyn




∞ Say goodnight, not goodbye.


chemin bien trop risqué. Elwyn sortait des sentiers battus ce soir-là, sans savoir pourquoi il cherchait tant à atteindre Leigh. Il n'aurait jamais dû la laisser entrer dans sa vie de la sorte, il la savait têtue et certainement accrochée à ce fichu espoir qu'ils avaient un avenir. C'était absurde. Elwyn n'avait d'avenir avec personne, pas même lui-même. Cela faisait déjà bien longtemps qu'il était en proie au désespoir, à la souffrance, à la solitude. Et il y avait fort à penser que le jeune Lockhart n'était bon à rien d'autre qu'à cela. Ca et le jeu. L'adrénaline. Mais certainement pas à jouer les chevaliers servants avec les demoiselles en mal d'amour, il avait dépassé ce stade depuis longtemps et cela se concevait très bien lorsqu'on analysait la relation de longue haleine qu'il avait entretenu avec Leigh. A part faire mal, Elwyn n'avait rien à donner. Il était bien trop fermé, bien trop apeuré par autrui pour oser s'ouvrir au monde extérieur. En un sens, c'était mieux ainsi. Personne ne pouvait le toucher, plus personne ne pouvait le faire pleurer, plus personne ne pouvait l'abandonner. Il n'y avait que lui et cela semblait amplement suffisant. Mais Leigh était là, face à lui, si vulnérable, toujours jolie et en proie à une nostalgie certaine. Elle l'aimait. Dit comme cela, tout semblait absolument faux, lointain et cela ne concernait pas Elwyn. On ne pouvait pas l'aimer, tout le monde le haïssait ou finissait toujours par le haïr. Leigh ne serait pas une exception, c'était certainement pour cela qu'elle usait déjà du passé. Lockhart sembla pantois quelques secondes, d'infimes secondes où son esprit se retrouvait ailleurs, dans son passé, à nouveau. Pourquoi Leigh? Pourquoi? Elle aurait pu tourner les talons des milliards de fois et pourtant, elle l'avait suivi jusqu'ici. Elle continuait. Désespérait. Restait. Et elle avait mal, Elwyn pouvait lire cela dans ses pupilles, il y décelait toujours cette innocence et il voyait que malgré la confiance qu'elle avait perdu, elle ne pouvait se résoudre à l'abandonner, lui, son bourreau.

"Ce ne sont que des mots, Leigh. Juste des mots."

Comment pouvait-il répondre à cela, lui qui était si froid? Elwyn n'avait aucune véritable réponse de toute manière, le tout était bien caché derrière sa carapace et il n'y avait aucune véritable raison pour faire sortir toute sa frustration, toutes les émotions qu'il aurait pu ressentir s'il s'en était donné la possibilité. Mais, Adamson insistait, à sa douce et innocente manière. Elle exposait son malheur avec une facilité déconcertante et c'était probablement ce qu'Elwyn avait apprécié chez elle en premier lieu. Elle n'était pas lui, elle était son opposé. Et d'une certaine façon, une partie de lui aurait aimé être elle, avoir cette capacité à toujours dire ce qu'il pensait, ce qu'il ressentait dans le fond. Mais il n'avait jamais réussi et ne semblait pas prêt pour cela. Mais Leigh avait raison, il la forçait à prendre ses distances, toujours un peu plus, jusqu'au point de non retour.

"Ca pourrait te réussir, si tu le voulais. Tu refuses simplement de voir plus grand. Plus beau."

Et Elwyn croyait tout bonnement à cette affirmation. Adamson avait un avenir radieux devant elle, si elle prenait la peine de lever les yeux vers le ciel de d'observer, réellement voir plutôt que de se contenter de fausses images, de faux rêves. Elle pouvait être heureuse, tellement plus que lorsqu'elle était avec Elwyn. Et en cela, le jeune homme ne pensait pas avoir tort, il était juste incapable de lâcher le morceau et il ne savait même pas si c'était par orgueil, par peur ou par simple tendresse. Il ne le saurait jamais. Mais, de toute manière, il n'avait pas le temps de penser, il s'y refusait. Et Leigh ne lui donna pas cette chance. Il eut tout juste le temps de sourire à sa remarque. Tout juste. Il n'était qu'un connard et si la jeune femme le pensait, il le pensait encore plus qu'elle et cela le confortait, grandement. Oui, il en était un. Mais pourtant, elle s'accrochait à lui et l'embrassait. Et la provocation dans la voix de la jeune femme alors qu'elle restait collée à lui, son tee shirt toujours pris dans son poing. Et Elwyn sourit, légèrement, imperceptiblement alors qu'il posait une main sur sa hanche, dans un air de défi.

"Oui, j'en suis un, Adamson. Et, t'es encore loin d'avoir le contrôle, n'essaye pas de me duper."

Et Lockhart la colla encore plus contre lui, s'approchant de ce fait, du mur derrière eux. Il jouait un jeu dangereux mais cette fois, il en avait conscience. Il lui faisait du mal et il le savait cela aussi. Il n'était qu'un sale con mais elle était au courant. Alors, il l'embrassa de nouveau. C'était aussi con que cela, c'était Elwyn et ses réactions à la con, imprévisibles.


© .JENAA
Revenir en haut Aller en bas
Leigh Adamson

avatar

ARRIVEE A WM : 01/08/2013
MESSAGES : 55
CREDITS : Matsou
AVATAR : Gabriella Wilde
PSEUDONYME : Klo
$$$ MONEY : Etudiante en lettres modernes & serveuse au benji's coffee
♬ SONG : Marina & the Diamonds - Lies

LIFE GOES ON.
Multinick:
Age: 21 yo
Entourage:

MessageSujet: Re: Say goodnight, not goodbye. # Leigh & Elwyn   Mar 13 Aoû - 4:32

Depuis qu'Elwyn avait poussé Leigh à le fuir, elle avait obéit à ses ordres. Elle était restée dans son coin. Elle s'était esquintée avec d'autres (toujours avec ceux qui lui ressemblait le plus), mais elle n'était pas revenu vers lui. Quand son regard croisait le sien dans la foule, elle s'efforçait de détourner le regard. Quand son cœur s'emballait parce qu'elle entendait le son de sa voix, elle s'obligeait à marcher dans l'autre sens. De nombreuses fois, elle avait dû se mordre la langue jusqu'au sang pour ne pas crier ce qu'elle ressentait vraiment. Leigh, elle se trimballait avec son cœur en bandoulière, prête à l'ouvrir au premier venu. Ca aurait pu être un gentil garçon, bien tous sous rapport qu'il l'aurait adoré. Un garçon un peu gauche certes, mais il aurait été tellement touchant dans sa maladresse que Leigh aurait réciproqué ses sentiments. A la place, elle était tombée sur Elwyn et la maladresse n'avait rien eu de touchante. L'indifférence dont il avait fait preuve envers elle avait ouvert une plaie béante dans sa poitrine. Il y avait des moments où leur relation l'asphyxiait. Leigh, elle savait pas faire avec l'indifférence. Le trop plein d'amour, la haine, elle pouvait gérer, mais l'indifférence de son regard, ça elle savait pas. Parfois, le soir, quand elle fermait les yeux très très fort, elle arrivait à imaginer la chaleur de son regard quand il l'a regardé. Mais le soleil finissait par se lever et avec lui la désillusion d'une histoire, qui n'aurait jamais dû être. Elle aurait aimé Leigh, être capable de lui tourner le dos, de mettre un terme définitif à leur histoire, mais il y a un truc qui le ramène toujours à lui. Il suffit qu'elle croise un garçon qui lui ressemble un peu pour sentir son cœur s'affoler dans sa poitrine. Ca en devient pathétique, à l'image du j'étais amoureuse de toi qu'elle lui balance. Et comme toujours, sa réponse ne se fait pas attendre. Elle le connaît, plus qu'il ne le croit. Un sourire lasse se dessine sur ses traits.

« Je sais, mais rien ne te prouvera le bien fondé de ce que je peux ressentir pour toi. Mes mots ne te suffisent pas. Mes actions te paraissent dérisoire. » Un léger rire s'échappe de ses lèvres. Il n'y a rien de drôle dans leur histoire. Elle est même plutôt cliché leur histoire. La fille qui aime trop fort et le mec, qui ne sait pas aimer. C'en est ridicule tellement c'est pathétique. « Je suis restée à tes côtés et même ça n'a pas suffit à te prouver que je t'aimais. »

Elle se mordille la lèvre. Elle sait qu'il a raison. Leigh, elle veut pas voir plus grand. Elle veut pas voir autre chose. Elle le veut lui. Parce que même si ça a été un monstre d’égoïsme parfois, elle n'a jamais été si heureuse que dans ses bras, pendant ces brefs instants où il lui donnait de l'importance.

« Je la trouvais belle notre histoire. C'est toi, qui n'a jamais voulu accepter qu'on puisse t'aimer, alors t'as préféré tout foutre en l'air. Je pourrais voir plus beau, si je le voulais, mais je le veux pas. Ce que je veux, c'est être avec toi. »

La pauvre idiote, elle avouait ce qu'elle avait sur le cœur. La censure, Leigh, elle ne connaît pas. Elle s'est mordu la langue trop souvent et trop longtemps pour réussir à se retenir face au cœur de pierre dont elle est amoureuse. Elle essaye de se prouver qu'elle peut exister elle aussi, qu'elle peut être audacieuse, qu'elle peut prendre ce qu'elle veut au détriment des autres. Alors elle se met sur la pointe des pieds et elle l'embrasse. Simplement parce qu'elle en a envie. Elle lui demande rien à Elwyn, seulement de la laisser se délecter de ses lèvres. Son corps pressé contre lui, elle a l'impression de prendre une grosse bouffée d'oxygène. Un sourire de défi se dessine sur les lèvres de la jolie blonde au mots d'Elwyn. Elle a la réponse déjà toute faite sur le bout de la langue, mais ils sont aspiré par les lèvres de Lockart. Dans le geste le plus naturel du monde, son corps se plaque contre le sien. Ses mains glissent dans ses boucles brunes alors qu'elle profite d'un moment de répit, où son cœur n'est pas douloureux, où l'allégresse est plus présente que la tristesse qui l'habite habituellement.

« Ne m'oblige pas à reprendre le contrôle » qu'elle murmure contre ses lèvres, presque suppliante. Le contrôle, elle s'en moque si ça veut dire le perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Say goodnight, not goodbye. # Leigh & Elwyn   Mar 13 Aoû - 14:14

... ... ...
Leigh & Elwyn




∞ Say goodnight, not goodbye.


Elwyn n'avait jamais désiré cette vie, peut être même n'avait-il jamais voulu vivre. C'était le prix à payer lorsque les blessures étaient trop grandes et que l'espoir s'amenuisait trop vite. Le monde allait trop vite, Elwyn stagnait. Les sentiments étaient incontrôlables, Elwyn était un maniaque du contrôle. La peur était à bannir, Elwyn ne ressentait plus que cela. Comment faire un effort pour subsister lorsque l'envie n'y était pas? Tout aurait pu s'arranger, absolument tout si le coeur de Lockhart était capable de faire confiance. Mais cela n'avait jamais été le cas, pas depuis qu'il avait rencontré cette femme qu'il avait pris pour sa mère. Depuis ce jour, Elwyn n'était qu'artifice, plus que duperie. Peut être qu'une partie de lui avait tenté de changer celà, certainement même. Comment en être autrement lorsqu'on côtoyait Leigh Adamson? Cette jeune femme était la pureté incarnée, sa franchise n'avait d'égale que sa beauté et sa loyauté était indéniable. Elwyn l'aimait bien à l'époque, il s'était laissé tenté et jamais il ne s'était détaché d'elle, préférant la faire souffrir plutôt que de ne pas l'avoir en face de lui. C'était d'un égoïsme exaspérant, Elwyn l'en convenait mais il ne savait pas comment la laisser partir, la laisser vivre sa vie sans lui. Une grande part de lui souhaitait son bonheur, bien entendu, mais la plus sombre espérait qu'elle continuerait de l'aimer à jamais. Pourquoi? Tout simplement parce qu'il n'avait que cela. Que cette femme pour l'aimer. Que cette femme qu'il pouvait chérir, aussi superficiellement qu'il le faisait. Mais c'était toujours cela, cette affection qu'il arrivait un tant soit peu à lui donner et qui l'empêchait de la laisser vaquer à son bon plaisir. Ses mots, Elwyn les entendait. Il s'imprégnait même d'eux. Au fond, il n'avait jamais eu besoin de preuves, il avait toujours su qu'elle l'aimait mais il ne pouvait juste pas y croire. Parce qu'aimer, c'était être vulnérable et que Lockhart n'arrivait pas à saisir ce concept. Il ne pouvait pas l'accepter car il rimait bien trop avec souffrir. Et il avait assez donné. Alors, Elwyn continuait de renier ce fait, encore et encore, c'était devenu de l'acharnement mais Leigh était toujours là, toujours, pour lui rappeler que l'amour, ce n'était pas une question de désir, cela allait au delà de quelques échanges verbaux, c'était la confiance, c'était le partage. Et Leigh donnait tout, absolument tout d'elle alors qu'Elwyn ne faisait que lui fermer la porte au nez.

"Je t'ai jamais demandé de preuves. Je t'ai jamais rien demandé. Crois le ou non d'ailleurs. Je suis pas insensible à ce point Leigh."

Tenter de s'en convaincre, faire un premier pas vers l'acceptation. Parce qu'il ne voulait plus voir cette souffrance dans son regard. Il ne voulait juste plus la voir souffrir à cause d'un constat qu'il ne pouvait pas changer. Elwyn ne pourrait jamais changer, probablement jamais. C'était douloureux, même pour lui. Il avait conscience qu'il ne pourrait jamais prononcer un simple je t'aime, il ne pourrait jamais donner ce qu'on pouvait lui apporter depuis qu'il était dans cette ville. Il ne pourrait jamais être normal et oui, c'était douloureux de le réaliser. Et d'embrasser cette fatalité avec une facilité si déconcertante. Et Leigh ne se laissait pas abattre. Elle continuait. Toujours. Et Elwyn refusait. Par tous les moyens. Elle le voulait et pour lui, c'était juste ridicule tout comme le fait qu'elle puisse surnommer leur histoire de belle. Oui, il avait tout foutu en l'air, sur ce point, il ne pouvait rien nier mais le reste?

"C'est ridicule Leigh. Comment tu peux vouloir quelqu'un qui ne fait que te détruire? Comment tu peux trouver ça beau? Comment tu peux m'aimer?"

Et c'était les questions qu'Elwyn avait toujours en tête. Constamment. Celles qui le poussaient à fuir dès que les choses devenaient trop complexes ou lorsque le contrôle risquait de lui échapper. Et il sentait que c'était le cas désormais. Plus Leigh parlait, plus il se sentait perdu. Et c'était une première. Son regard n'était plus si froid que quelques minutes auparavant et il continuait de lutter pour conserver les apparences telles qu'il les aimait le plus. Glaciales. Sans coeur. Indifférentes. Mais cela échouait, invariablement. Parce qu'Elwyn sentait le corps de Leigh se coller au sien alors qu'il enserrait sa taille et goûtait à ses lèvres. Et il avait toujours trouvé cela délicieux, tout autant qu'indécent. Et il en voulait toujours plus, pensant à chaque fois qu'il gérait parfaitement la situation. Ce qui le poussa à goûter ses lèvres encore un peu plus, la toucher un peu plus longtemps. Juste la sentir contre lui, comme si c'était tout ce qu'il avait désiré ces cinq dernières minutes. Et sa supplication. Elwyn lui sourit, très légèrement alors qu'il ne relâchait pas son étreinte.

"Peut être que je veux pas que tu reprennes le contrôle. Je t'oblige à rien du tout finalement, comme toujours. Je t'oblige pas à rester là avec moi, je t'oblige pas à accepter mes lèvres contre les tiennes, encore moins à ce que je te tienne comme ça, contre moi."

Son visage à deux centimètres du sien, Elwyn avait toujours cette infime impression de vaincre. C'était probablement faux d'ailleurs. Et une de ses mains relâcha la hanche de la jeune femme pour venir caresser son visage, sa joue et finalement descendre jusqu'à son cou, dégageant une mèche blonde de son épaule d'un geste lent, appliqué.

"Qu'est ce que tu veux Leigh? Être heureuse ou souffrir? Aimer ou être aimée? Interroge toi, avant qu'il soit trop tard..."

Et Elwyn ne bougeait pas, imperturbable.


© .JENAA
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Say goodnight, not goodbye. # Leigh & Elwyn   

Revenir en haut Aller en bas
 
Say goodnight, not goodbye. # Leigh & Elwyn
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (Elwyn) Tant que tu ne choisis pas tout reste possible.
» Roya Navy warships honour HMS Hunter
» (F/LIBRE) NATALIE DORMER ◊ song to say goodbye.
» (F/LIBRE) NATALIE DORMER ~ song to say goodbye.
» Bonne Lundi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: WOODLEY MILLS. :: Purple Hills :: The French Arrow-
Sauter vers: